Le Teatr Piba est une compagnie professionnelle basée à Brest. Sa création, en 2009, est la suite logique des rencontres et de collaborations de différents artistes comédiens, musiciens, metteurs en scène ayant en commun la langue bretonne que les parcours croisés et les expériences partagées ont conduits à un même désir: un théâtre en breton, contemporain et vivant.

PIBA est un mot laotien qui signifie 'littéralement' esprit fou
phi [pi:] est un nom commun : esprit (esprit des ancêtres ou esprit des bois par exemple)
ba [ba] est un adjectif: fou

DONVOR ~ DEEP THOUGHTS
UNE COLLABORATION TEATR PIBA/IFREMER - une aventure artistico-scientifique - Recherche et écriture 2017-2018 | Création 2019-2020

Le projet de création DONVOR ~ DEEP THOUGHTS est né de premières rencontres entre les artistes du Teatr Piba et les scientifiques Pierre-Marie Sarradin et Jozée Sarrazin, en charge du laboratoire « Environnements profonds » de l’Ifremer, à Brest. Il s’est agi dès les premiers échanges d’imaginer une aventure au long cours dans laquelle se confronteraient leurs domaines respectifs de recherches et de création, mais également leurs pratiques, expériences et préoccupations. À terme, nous ambitionnons de créer, à l'horizon 2019-2020, un spectacle vivant autour de la thématique des écosystèmes profonds, aujourd’hui objets de toutes les attentions de la communauté scientifique et économique.
TYTO ALBA TRIO
Spectacle musicale - Création 2017 / Tournée 2018/19

La musique de Tyto Alba Trio a glané ses accents au détour de rencontres en tous genres. Rencontres avec l'autre, rencontres avec un territoire, avec un sentiment profond…D'aucuns y entendront des soupçons de fado, d'autres y reconnaîtront quelques emprunts à la gwerz, mais au bout du chemin, il ne faut s'attendre ni à l'un, ni à l'autre. Tyto Alba Trio est avant tout une petite fabrique à impression dont la musique se propose de vous raconter l'histoire qu'il vous chantera d'entendre entre les notes.
Tiez brav a oa ganeomp | LABOURVA #3
Laboratoire de création 2017

Tiez brav a oa ganeomp | On avait de jolies maisons est un laboratoire de création mené à partir de rencontres de femmes et d’hommes de Brest, ayant fui leur pays : langues, gestes du quotidien, déplacements géographiques et intérieurs, enracinements… Voix et témoignages sont mis en mouvement dans une forme théâtrale et radiophonique pour une comédienne, un plasticien et une musicienne. Ces voix et ces rencontres sont notre boussole.
LE TRYPTIQUE DU NAUFRAGE
Créations radiophoniques en langue bretonne 2016-2017

Le mouvement de la trilogie nous donne subtilement à entendre ces voix d’anonymes - quelques voix parmi celles de millions de réfugiés- et cherche à témoigner, à sa façon, de la tragédie qui est à l’œuvre, aux portes de cette Europe qui s’érige de plus en plus en forteresse. Au travers de ces tragédies, Lina Prosa nous invite à faire acte de mémoire, en révélant les traces poétiques. Et parce qu’elle place les « voix » au premier plan, sans aucun autre artifice ou presque, cette trilogie devra prendre tout son sens dans une série de pièces radiophoniques, en permettant à ces voix de se déployer pleinement.
MERC'H AN EOG - MERCH YR EOG
Création théâtrale multilingue 2016, en breton, gallois, français et créole

Création inédite, fruit de 4 ans de collaboration artistique et d’aller-retour entre la Bretagne où vit et travaille l’équipe du Teatr Piba et le Pays de Galles où est basée le Theatr Genedlaethol Cymru (le théâtre national du Pays de Galles de langue galloise). Titrage en breton / traduction auditive en français. A votre demande un narrateur vous guide tout au long du spectacle. Accessible à tous à partir de 13 ans.
AR MAEZIOÙ
Création 2015 - Fiction radiophonique, d'après The Country, de Martin Crimp

Ar maezioù, une oeuvre de fiction radiophonique, enregistrée en public et diffusée en direct sur les ondes bretonnes. En septembre 2015, la compagnie s'est associée à RADIO KERNE et DIZALE pour mener un premier chantier de réalisation d'une œuvre de fiction radiophonique. Privilégiant une ligne artistique et des objectifs restant dans le champs du spectacle vivant, la compagnie a souhaité travailler à partir d'une œuvre du répertoire théâtral contemporain : LA CAMPAGNE de l'auteur britannique Martin Crimp.
METAMORFOZ
création 2014

"Nous sommes confrontés à tant de difficultés dans nos vies quotidiennes. Nous cherchons un réconfort spirituel à travers des choses matérielles comme le fric, les fringues ou les bagnoles. Mais elles ne nous satisfont que très peu. C'est quand nous trouvons du réconfort dans des choses immatérielles telles que les sentiments humains, la lumière et le vent, ou l'ombre de quelqu'un qui vient de mourir, que nous pouvons alors assumer notre solitude", Naomi Kawase, cinéaste
AL LIORZHOUR
d'après Mike KENNY "The Gardener" Création Mars 2012 Spectacle jeune public

'Joe, un vieux monsieur, se souvient de son enfance passée dans le potager de l'Oncle Harry, jardinier. A chaque nouvelle saison, Harry perdait un peu plus la mémoire et les mots. Joe, lui, grandissait et apprenait peu à peu le métier de son grand-oncle. Quand un nouvel hiver annonça la disparition de ce dernier, Joe reprit le flambeau.'
EDEN BOUYABES
d'Erwan CLOAREC création Octobre 2010 un cabaret

C'est un lieu aux contours mal définis, une lisière d'ordures entre un monde touffu d'ancêtres encombrants et un monde policé et lissé à la crème antirides, camisolé d'oubli. Là s'entassent les migrants, dans l'attente d'un passeur, d'un passage, de quelque chose de neuf, n'importe quoi pourvu que ça change. Et ils migrent les migrants, par grappes, par wagons, par pelletées, par trains ou cargos, par brouettées ou en guirlandes, parce qu'ils sont des migrants. Et il y en a qui choisissent de rester, de cesser de migrer, de demeurer entre deux eaux jusqu'à ce que mort s'ensuive : ni de là-bas, ni d'ailleurs, ils sont de là où les mènent leurs pas. Et là où ils sont, ils construisent ensemble leur propre histoire, leur propre mythologie. Avec leurs mains sales et leurs langages avariés, ils inventent leur propre vie, les résidents d'Eden Bouyabès, et ils accueillent toutes et tous dans leur Bretagne de ferraille. Et ils s'en tamponnent que leur Bretagne ne soit pas homologuée, leur langue estampillée comme telle. Sous leurs pieds ils enterrent les morts, d'où qu'il viennent, ils pardonnent à tous les pêcheurs, recyclent les vies misérables en destins solaires, les rêves chétifs en mythes pour le printemps, l'été, l'automne ou l'hiver.
AN DIRI DIR | LABOURVA#1
d'après Youenn GWERNIG création mai 2010 Labourva n°1

L'idée de 'laboratoire DIRI DIR' (LABOURVA en langue bretonne) fait suite à un stage création que nous avions mis en place dans le cadre du Festival Kann al Loar 2009. Ce travail se proposait d'explorer la matière littéraire du poème bilingue (breton-anglais) "An diri Dir" (Les escaliers d'acier) écrit par Youenn Gwernig dans les années 70. Un long poème-déambulation où l'auteur livre entremêlés le spectacle de la rue new-yorkaise tandis que le métro l'emmène sur son lieu de travail, des reminiscences de son enfance bretonne et fugacement, l'ébauche de thèmes mythologiques transculturels comme la figure ambigüe de Tiresias.