Le Teatr Piba est une compagnie professionnelle basée à Brest. Sa création, en 2009, est la suite logique des rencontres et de collaborations de différents artistes comédiens, musiciens, metteurs en scène ayant en commun la langue bretonne que les parcours croisés et les expériences partagées ont conduits à un même désir: un théâtre en breton, contemporain et vivant.

PIBA est un mot laotien qui signifie 'littéralement' esprit fou
phi [pi:] est un nom commun : esprit (esprit des ancêtres ou esprit des bois par exemple)
ba [ba] est un adjectif: fou
affiche Laboratoire de création 2017


prochaines dates:
Diffusion en cours

Tiez brav a oa ganeomp | On avait de jolies maisons est un laboratoire de création mené à partir de rencontres de femmes et d’hommes de Brest, ayant fui leur pays : langues, gestes du quotidien, déplacements géographiques et intérieurs, enracinements… Voix et témoignages sont mis en mouvement dans une forme théâtrale et radiophonique pour une comédienne, un plasticien et une musicienne. Ces voix et ces rencontres sont notre boussole.

Tiez brav a oa ganeomp choisit de dérouler certains fils du triptyque Lampedusa en explorant les thèmes de l’exil, de l’île intérieure, de la force et du désir mise en jeu lors du déplacement (à la fois géographique et personnel).

L’équipe de création
Direction artistique : Stéphanie Coquillon
Création musicale et sonore : Marie Guérin
Scénographie et vidéo : Achille Berthou
Interprétation : Marion Gwen

L’équipe de création
Direction artistique : Stéphanie Coquillon
Création musicale et sonore : Marie Guérin
Scénographie et vidéo : Achille Berthou
Interprétation : Marion Gwen

Le principe
Nous avons choisissons de nous emparer du « ici et maintenant » de ces thématiques à travers le collectage de la parole brute de personnes migrantes et réfugiées, et d’explorer les thématiques liées aux migrations d’un point de vue local, direct et oral. Le collectage a suivi un protocole fin et précis défini en amont. Nous proposons ainsi de travailler une forme théâtrale poétique, créée à partir de ce collectage dont l'assemblage et l’écriture est mené par les artistes de la compagnie.

Une parole brute
Il s’agit d'imaginer une "forme poétique sonore et visuelle" faite de fragments, où différentes langues se frottent et se mêlent, s’entrechoquent peut-être. Dans cette forme donnant la prééminence à la parole brute, des moments chorégraphiques croiseront fragments de témoignages de réfugié-e-s et comédien-ne-s donnant corps à ces paroles au plateau. Des fragments de l’œuvre de Lina Prosa pourront faire résonner ces paroles du réel.

Un espace intime
Afin de laisser le plus d’espace possible à la matière sonore, la proposition scénographique privilégie la semi-pénombre, voire le noir complet. L’espace définit par les interprètes doit créer les conditions d’une proximité, d’une intimité avec les spectateurs.

Langues
Dans la continuité de la démarche de la compagnie, ce laboratoire tente de travailler à une proposition sensible dans laquelle différentes langues se rencontrent, une place particulière étant accordée à la langue bretonne. Un des axes de la proposition étant le tissage des langues entre elles, la proposition pourra comporter des morceaux non-francophones, mais un souci de compréhension par tous sera au cœur du dispositif.


Extraits
# Quitter tout. Quitter le travail, la maison, les parents, c’était dur. Et on avait une vie très riche, une très belle vie. J’ai dit à mon mari non on quitte pas.
On quitte pas.
# Il a pris les valises et il est parti. Il n’a même pas regardé la maison, il ne pouvait pas regarder. Il a fermé les yeux et il est parti ; il s’est senti comme s’il tombait. C’est pas “cassé” exactement… comme… comment tu dis quand tu utilises un outil pour couper l’arbre ?»