Le Teatr Piba est une compagnie professionnelle basée à Brest. Sa création, en 2009, est la suite logique des rencontres et de collaborations de différents artistes comédiens, musiciens, metteurs en scène ayant en commun la langue bretonne que les parcours croisés et les expériences partagées ont conduits à un même désir: un théâtre en breton, contemporain et vivant.

PIBA est un mot laotien qui signifie 'littéralement' esprit fou
phi [pi:] est un nom commun : esprit (esprit des ancêtres ou esprit des bois par exemple)
ba [ba] est un adjectif: fou
affiche Créations radiophoniques en langue bretonne 2016-2017


prochaines dates:
Diffusion en cours

Le mouvement de la trilogie nous donne subtilement à entendre ces voix d’anonymes - quelques voix parmi celles de millions de réfugiés- et cherche à témoigner, à sa façon, de la tragédie qui est à l’œuvre, aux portes de cette Europe qui s’érige de plus en plus en forteresse.
Au travers de ces tragédies, Lina Prosa nous invite à faire acte de mémoire, en révélant les traces poétiques. Et parce qu’elle place les « voix » au premier plan, sans aucun autre artifice ou presque, cette trilogie devra prendre tout son sens dans une série de pièces radiophoniques, en permettant à ces voix de se déployer pleinement.

D’après Lampedusa Way in Trilogia Del Naufragio, Editoria & Spettacolo coll. Percorsi, 2013

Adaptation en langue bretonne Aline Gleoneg
Direction artistique, mise en voix Thomas Cloarec
Avec  Tifenn Lineate, Tony Foricheur, Marion Guen, Tangi Daniel
Musique Steve Shehan
Bruitages Javier Marinero
Régie son Gwenole Peaudecerf, Teatr Piba ; Jean-Marie Ollivier, Dizale
Régie diffusion radio en direct Gaël Hélary, Radio Kerne
Système de diffusion collective par casques L’Agence du Verbe, direction artistique Pascal Rueff
Photographies Roland Sourau
Coordination, communication et diffusion Lou Millour, Radio Kerne ; Manon Riouat, Teatr Piba
Production Dizale Production
Diffusion et coordination de la diffusion radio Radio Kerne

LE PROJET
Dans la continuité de la création radiophonique Ar Maezioù, d’après The Country de Martin Crimp, la compagnie Teatr Piba, Radio Kerne et Dizale Production, travaillent à une adaptation inédite en langue bretonne du Triptyque du naufrage (Trilogia del naufragio) de Lina Prosa.
Cette fiction radiophonique s’inscrit dans une continuité thématique des créations du Teatr Piba. L’exil, qui agit comme un révélateur de nos identités réelles ou fantasmées, traverse le travail de la compagnie depuis sa création.

Le traitement scénographique sonore de Lampedusa Beach, Lampedusa Snow et Lampedusa Way s’appuiera sur un dessin global des lieux, où la présence du sable et de l’eau, mais également les frottements des peaux, devront mettre au jour toute la force des textes de Prosa.
Ils s'appuieront également sur l’évocation récurrente des événements d’arrière-plans pour révéler la profondeur de champs des espaces de chaque pièce, du très envahissant survol d’un hélicoptère, au passage d’un cortège de grévistes, en passant par les sirènes d’un ferry au lointain.

Les déplacements des personnages dans cet espace non-visuel, leur promiscuité ou au contraire la distance qui les sépare doivent être rendues « perceptibles » par l'auditeur, tant elles matérialisent les tensions, les conflits aux différentes étapes du texte.

L’exil
s’incarnera dans la création musicale, qui sera pensée et élaborée comme un second fil rouge narratif des trois pièces. Le likembe, ou piano à pouce, en particulier proposera un thème évoquant les liens réminiscents des quatre personnages avec leur pays natal. La musique offrira des temps de respiration en même temps qu’elle tentera d’aborder un registre s'adressant plus directement aux émotions, ou bien parfois au contraire de se mettre, là aussi, au service du texte afin d'en appuyer ou d'en souligner quelques ressorts.

Le dispositif scénique réunira donc deux acteurs, un metteur en scène, un bruiteur et un musicien dans un espace qui devra d'abord répondre aux contraintes posées par la captation et la création sonore de la pièce. La présence du public, qui pourra assister à cet enregistrement tout en en écoutant le rendu à l'aide d'un casque audio individuel, apportera néanmoins une dimension directe et vivante à la réalisation, la ramenant subtilement dans le champ du spectacle vivant.


CALENDRIER 2016-2018
LAMPEDUZA BEACH & LAMPEDUZA SNOW
Enregistrement en studio, novembre 2016
diffusion sur les ondes à partir de décembre 2016


Lampedusa Beach et Lampedusa Snow mettent en scène les "naufrages" de Shaüba et Mohamed, deux histoires, deux destins qu’un même rêve rassemble en une tragédie: atteindre l’Europe, cette terre promise, dont Lampedusa n’est qu’une porte d’entrée. Dans Lampedusa Way, qui constitue l’épilogue de ce triptyque, Mahama et Saïf échouent quant à eux, à retrouver une quelconque trace de Schaüba et Mohamed, leur nièce et neveu, sur l’île maudite de Lampedusa. Ils s’y perdront, rejoignant les flots de milliers d’autres clandestins.

LAMPEDUSA WAY
L’enregistrement de Lampedusa Way sera réalisé en public, au petit théâtre du Quartz, le 1er février 2017, et diffusé en direct.


La restitution en direct de l’enregistrement au spectateur-auditeur est permise par l’équipement casques de très haute qualité du système de diffusion collective de l’Agence du Verbe.
La diffusion en directe sur les ondes confrontera artistes et spectateurs à cette impalpable tension qu’est celle du directe où le compte à rebours de l’horloge si caractéristique de l’univers de la radio remplacera le traditionnel levé de rideau, ce top départ qui indique qu’il n’est plus de place pour l’erreur.
Au cours de cet enregistrement, le public sera invité à prendre part à une expérience dans laquelle il sera à la fois spectateur et auditeur de la création.

Nous proposerons à un bruiteur de prendre part à la création de Lampedusa Way, et de prendre cette place à la fois discrète et essentielle, qui permettra de donner « corps » à cette pièce sonore.

Lampedusa Way vient conclure cette âpre Triptyque du naufrage, en lui offrant un épilogue en contre-point des tragédies de Lampedusa Beach et Lampedusa Snow.
Bien qu’écrite pour le théâtre, Lampedusa Way s'affranchit aisément du visuel, tant la densité du texte, la résonance des mots et la poésie des figures ont un impact fort et direct sur le lecteur, et probablement, à plus forte raison, sur l'auditeur.


Photo 341 Photo 342 Photo 343 Photo 344 Photo 345 Photo 346 Photo 348 Photo 349 Photo 350